Outils & cie...

03 juin 2006

Les conduites suicidaires...

Les conduites suicidaires...

1 . Introduction

          Expression d’un libre arbitre ou aliénation mentale ?

          Un acte privé au retentissement social

          1ere cause de mortalité chez l’adulte jeune

          Suicide vs tentative de suicide

2. Définitions

          Suicide défini comme « le meurtre de soi-même » Abbé Desfontaines (1737)

          Tentative de suicide : toute conduite faisant apparaître le projet de se donner la mort quelque soit le degré d’ébauche du geste ou l’intention de son auteur

          Equivalents suicidaires : recherche indirecte de la mort (conduites à risque, refus alimentaire,…)

          La crise suicidaire : crise psychique dont le risque majeur est le suicide, représentée comme la trajectoire qui va du sentiment péjoratif d’être en situation d’échec et d’impasse à l’élaboration d’idées suicidaires de plus en plus envahissantes jusqu’à un éventuel passage à l’acte qui lui confère sa gravité

3. Historique

          Dans l’antiquité, une légitimité fixée par État

          Une condamnation par la morale judéo-chrétienne

          Une réprobation unanime parfois remise en question

          La psychiatrie contemporaine et la notion de groupe à risque

4. Epidémiologie

le suicide

          12 000 décès/an en France

          Une augmentation chez les jeunes (15-34 ans) et une baisse relative chez les personnes âgées, qui sont les deux tranches d’âge à risque

          Augmentation de la mortalité avec l’âge

          Des variations régionales

          Prépondérance du sexe masculin (2/1)

          Diverses modalités : pendaison, arme à feu, noyade

          Une forte corrélation avec la maladie mentale (taux de suicide 2 à 3 fois supérieur à celui en population générale)

          Moins d’un quart des suicides en dehors de toute affection psychiatrique

les tentatives de suicide

          120 000 TS /an en France

          Une surreprésentation féminine (2/1)

          Pic de fréquence entre 20 et 30 ans

          Principales modalités : intoxication médicamenteuse (80%), phlébotomie

          Un risque majeur : la récidive (40% des cas dont la moitié dans les 12 mois)

l’autopsie psychologique

          Un moyen récent d’investigation (1960)

          Un outil de prévention fondé sur le recueil rétrospectif d’informations auprès de l’entourage du suicidé par des entretiens standardisés

          Un objectif d’identification des facteurs de risque de suicide

          Des considérations éthiques...

          Résultats (Clark, 1992) :

          Un trouble psychiatrique dans 70-95% des cas

          Dépression 60%

          Abus/ dépendance à une substance 41%

          Trouble de la personnalité 40% (antisociale, limite)

la notion de facteurs de risque

          Notion d’élément pris dans une relation de corrélation avec la survenue d’un phénomène sans en être forcément la cause

          Une approche au niveau d’une population et non d’une causalité individuelle

          Une interaction entre ces différents facteurs

          Le suicide, un modèle plurifactoriel

          Conférence de consensus sur la crise suicidaire (ANAES, octobre 2000)

facteurs de risque primaires

          Existence de troubles psychiatriques

          Antécédents personnels ou familiaux de tentative de suicide

          Une dimension d’impulsivité

          L’expression d’une intention suicidaire                                               

          è valeur d’alerte                                   è action possible

facteurs de risque secondaires

          Pertes parentales précoces

          Isolement social

          Difficultés professionnelles et financières

          Evénement de vie négatif

          Défini comme un changement extérieur au sujet

          Lien temporel avec un passage à l’acte

          Plus fréquent dans les 6 mois précédants (dernier mois+++)

          è           Faible valeur prédictives Peu accessible au traitement

facteurs de risque tertiaires

          Sexe masculin

          Age  < 25 ans  et  > 70 ans

          Période de vulnérabilité (prémenstruelle)

facteurs de protection

          Support social

          Prise en charge thérapeutique

5. Clinique

          La rencontre avec le patient 

          Evocation spontanée du désir de mort fréquente (75%), notamment avant le geste au travers d’une pensée incoercible, de comportements de fuite ou d’abandon

          Circonstances souvent difficiles, dans un contexte d’urgence, parfois de complications somatiques

          Etablir les conditions d’un retour à la parole

          Accueil dans une ambiance calme

          Isolement de l’environnement

          Ecoute attentive et empathique            

          La nécessité d’un examen somatique pour apprécier le retentissement et amorcer le dialogue

          Pas de lien entre la gravité somatique et un éventuel trouble psychiatrique sous-jacent

          Entretien psychiatrique :

          Analyse des coordonnées de la conduite suicidaire          

          lieu           moyens employés

          horaire     motivations

          Situer la conduite dans l’histoire du sujet

          ATCD personnels et familiaux

          Autres troubles des conduites  (addictives, à risque,…)

          Biographie du patient jusqu’à la situation actuelle

          Examen psychiatrique

         Evaluation des fonctions supérieures

         Qualité du contact et de la relation à autrui

         Ajustement à la réalité

         Idées délirantes, trouble du cours de la pensée

         Niveau d’anxiété, stabilité thymique

          Entretien avec l’entourage

          Reconstitution des différentes étapes :

          L’avant :  inexistant ou préparatifs minutieux

          Le passage à l ’acte :

         Le raptus

         Le syndrome présuicidaire de Ringel (1953)

          L’après : remords, détachement, critique du geste

          Le sens de la conduite :

          Une valeur escapiste

          Une dimension d’agressivité

          Un vécu de sacrifice

          Une dimension ludique

6. Diagnostic nosographique

          Suicide et organicité :

          Pathologie somatique chronique et invalidante (cancer)

          Trouble du comportement induit (automatisme moteur épileptique, désinhibition frontale)

          Une dimension réactionnelle :

          Situations d’exception (stress, guerre)

          En dehors de toute pathologie, dans le contexte d’une crise existentielle, d’une impasse conjoncturelle

          Existence de facteurs précipitants

          Suicide et trouble de l’humeur :

          Dépression surtout

          Sévérité de l’état dépressif : accès mélancolique

          Le suicide comme équivalent dépressif

          Suicide et psychose :

          Injonctions hallucinatoires dans le cadre de BDA

          Bizarrerie et détachement dans la schizophrénie

          Suicide et trouble de la personnalité :

          Etat limite et personnalité antisociale

          Favorisé par l’impulsivité et l’instabilité

          Suicide et névroses :

          Mise en scène et tendance à la récidive dans l’hystérie

          Un raptus anxieux propice à une impulsion autoagressive dans le cadre de TOC ou de troubles phobiques

          Suicide et addictions :

          Conduites toxicophiles, en particulier l’alcoolodépendance

          Effet desinhibiteur de l’alcool

          Ivresses aiguës

          Comorbidité avec la dépression

7. Etiopathogénie

          Hypothèses biologiques :

          Arguments génétiques :

         études de jumeaux (18%)

         prévalence de décès par suicide supérieure chez les parents biologiques vs parents adoptifs                         

          Approche biochimique :

         dysfonctionnement de l’axe sérotoninergique retrouvé dans le suicide, les TS et les comportements impulsifs et violents

          Approche psychopathologique :

          L’expression d’une pulsion de mort

          Un court-circuit de la parole

          Une dimension d’adresse à l’autre ou une tentative d ’anéantissement

8. Conclusion

          Un problème de santé publique qui concerne tous les professionnels de santé mais pas seulement

          La nécessité du lien dans une médecine qui ne doit pas se déshumaniser

          l’enjeu d’un vivre ensemble

By Lydie & Cidalia


Posté par Youpiyo à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Anatomie & physiologie cardiaque...

Cardiologie

Anatomie et physiologie du cœur

Le système cardio-vasculaire

Pour ce cour la je vous conseille sérieusement de récupérer les schémas qui accompagnent ce cour pour comprendre ça aide pas mal et aussi il y avait un polycopié.

I)                  Généralités :

        Artères : le sang quitte le coeur

        Veine : le sang rentre dans le cœur

        Le cœur est le siège de la contraction musculaire spontanée, il envoie le sang dans deux grands système : la petite circulation et la grande circulation.

Ä Petite circulation : circulation pulmonaire (la sang s’enrichie en oxygène). Elle part du VD passe par les capillaires pulmonaires et revient à l’OG. C’est un sang pauvre en oxygène quand il part du VD  puis il se charge d’oxygène en passant par les capillaires pulmonaires popur revenir dans l’OG

Ä Grande circulation : circulation systémique, distribution d’oxygène à tous les organes (le sang s’appauvrie en oxygène) part du VG pour aller vers tous les autres capillaires (organes) puis le sang revient dans le cœur par l(OD ensuite il revient appauvrit en oxygène et remonte vers la veine cave supérieure.

II)               Le cœur

1- les rapports : tous ce qu’il y a autour su cœur

    Ÿ Le cœur est un organe creux musculaire qui pèse environ

300 grammes

.

    Ÿ Le cœur est placé dans le médiastin (emplacement au milieu du thorax)

    Ÿ Limité en avant par le sternum, en arrière par l’œsophage et le rachis. De chaque coté les deux poumons.

La base du cœur est composée par les gros vaisseaux et les oreillettes en haut à droite du cœur. L’apex (pointe du cœur)  en bas a gauche  est constitué par le fond des ventricules

2- La séreuse cardiaque : le péricarde

Def séreuse : c’est un tissu d’emballage des organes surtout des organes mobiles

La séreuse cardiaque ou péricarde et composé de 2 feuillets

-         une plaqué sur la paroi c’est le feuillet pariétal  (péricarde fibreux)

-         et un autre feuillet qui emballe l’organe qui est le feuillet viscérale : épicarde.

-         Entre les 2 feuillets se trouve un espace virtuel qui permet les mouvements du cœur sans frottements. En pathologie il peut se remplir d’eau ou de pue et donner une péricardite.

3- les parois du cœur :

Composé de 3 tuniques (tissus qui forme les parois d’un organe) de l’extérieur vers l’intérieur :          

     Ÿ Epicarde (le plus a l’extérieur)

                                    Ÿ Myocarde (couche musculaire (au milieu)

                                    Ÿ Endocarde (le plus à l’intérieur)

4 – les cavités cardiaques

- deux oreillettes et 2 ventricules.

- Pour les cavités gauches on parlera d’un cœur gauche tout comme pour les cavités droites on parlera d’un cœur droit.

- Le ventricule gauche est plus épais que le droit (du à la circulation systémique sui demande un plus grand effort).

- Ces cavités sont séparées par un ‘squelette’ fibreux : le septum inter ventriculaires. Au niveau des valves ce squelette forme des anneaux fibreux.

5- les valves :

Entre les oreillettes et les ventricules on parle de valves au point de départ des gros vaisseaux on parle de valvule. Les valves empêchent que le sang redescendent dans le cœur ou les poumons.

6- La révolution cardiaque (cycle) :

- C’est le découpage de l’alternance entre contraction (systole)et relaxation (diastole en suivant toutes les étapes de remplissage et d’éjection des différentes cavités.

- La systole et la diastole se divisent en 3 parties :

           Ÿ Début : proto (protodiastole ou protosystole)

           Ÿ Milieu : méso (mesodiastole ou mesosystole)

           Ÿ Fin : télé (télédiastole ou télésystole)

Le premier bruit du cœur correspond à la fermeture des valvules mitrales et tricuspides.

Le second bruit du cœur correspond à la fermeture des valvules sigmoïdes aortiques et pulmonaires.

7- La vascularisation cardiaque :

- Le coeur est irrigué par les artères coronaires Dt et Gch. Elles naissent au tout début de l’aorte derrière les valvules sigmoïdes.

- Elles se remplissent en diastole car :

            Ÿ en systole les sigmoïdes sont plaqués contre leur orifice de départ.

            Ÿ en systole le myocarde se contracte et écrase les capillaires

Il existe de très nombreuses collatérales et anastomoses entre les diffférents branches

(Anastomose : branche d’une artère qui se fixe à une autre artères)

8- Activité électrique du cœur :

            

a. Tissu nodal :

En plus du tissu musculaire, le cœur est constitué d’un tissu excitable spontanément : le tissu nodal qui est constitué d’amas de cellule et de faisceau de conduction dans l’OD

La nœud sinusal bat à 80/mn et transmet son excitation au auriculo ventriculaire qui la conduit dans le faisceau de His jusqu’au réseau de Purkinje qui provoque la contraction des ventricules. C’est un système auto excitable.

            

            b. ECG (électrocardiogramme)

            On recueille les courants du tissu nodal gràce à des électrodes placées sur la peau.

            Interprétation des ondes :

-         onde P : décharge d’une sinusale et contraction des oreillettes.

-         Espace P-q : temps de conduction des oreillettes jusqu’au ventricules ( si augmentation du temps = bloc de conduction)

-         Complexe q-R-S : dépolarisation des ventricules et systole                                 

-         Onde T : repolarisation des ventricules (ventricule prêt pour une nouvelle contraction)

9- Le débit cardiaque :

a.      Débit volume :

Débit = volume / unité de temps pour calculer quelle quantité de sang est éjectée.

Volume de sang éjectée dans l’aorte ou l’artère pulmonaire.

VES : volume d’éjection systolique (CC)

FC : nb de battement/ mn (80/ mn)

Formule du débit cardiaque : FC x VES

b.      Répartition des volumes :

-         définition des différents volumes de sang au cours du cycle cardiaque. Le volume de sang venu des oreillettes s’appelle la pré-charge.

-         Le volume d’éjection du ventricule pendant la systole s’appelle la charge.

-         Le ventricule ne se vide pas complètement à chaque contraction il reste un résidu appelé post-charge.

c.       Facteurs de variation des volumes

-         Facteur 1 : la post charge : force de contraction du ventricule= c’est l’inotropisme donc diminution de la post charge.

-         Facteurs 2 :Les résistances vasculaires : résistance du à l’écoulement sanguin provoqué par des artères en vasoconstriction ou bien par des artères trop rigide (paroi calcifiée)

d.      La variation :

-         La pré-charge : pendant un exercice physique augmente le retour veineux vers le cœur.

-         L’exercice physique augmente la pompe musculaire

-         La volémie = le volume de sang total circulant. C’est l’eau et le sel qui permette de garder la même quantité.

10 – Régulation

            a. Hormonal :

- glande thyroïde augmente la FR cardiaque et l’inotropisme d’où la diminution de la post charge.

- Glandes surrénales : produisent l’adrénaline. Volume d’éjection donc diminution post charge.

- Glande hypothalamus : produit ADH= hormone anti-diurétique (retiens l’eau donc augmentation de la volémie en baisse de diurèse) donc augmentation pré-charge et donc TA

            b. Nerveuse

- système nerveux autonome composé de deux parties le système sympathique qui produit l’adrénaline et noradrénaline. Donc augmentation de la FR cardiaque et du volume d’éjection.

Le système parasympathique : fonctionne à l’acétylcholine nerf pneumogastrique= nerf vague qui provoque des baisses cardiaque et du volume d’éjection.

                                                                                                                                          By Lydie & Cidalia


Posté par Youpiyo à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vocabulaire en cardiologie...

Vocabulaire en cardiologie...

1. Définissez les termes soulignés

OAP : Œdème aigu pulmonaire. C’est un envahissement des alvéoles pulmonaires par du plasma sanguin ayant traversé la paroi capillaire, entraînant des troubles respiratoires menaçant le pronostic vital. 

Commissurotomie : La commissurotomie mitrale percutanée (CMP)T est une technique de cardiologie interventionnelle permettant, à partir d'un abord percutané, l'ouverture de l'une ou des deux commissures mitrales symphyses du rétrécissement mitral rhumatismal. (Source : http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/Cardiologie/Cardiologie-100.html

Rétrécissement mitral serré : Réduction de la surface de la valve mitrale en dessous de 2cm2 (Source : http://www.pifo.uvsq.fr/pedagogie/cardio/rm.pdf)

Embolie pulmonaire : L'EP est le résultat de la migration d'un thrombus veineux dans la circulation pulmonaire. L'origine de ce thrombus se situe le plus souvent dans les veines des membres inférieurs, ou bien du pelvis, de la veine cave inférieure (VCI), des membres supérieurs (favorisés par l'utilisation de cathéters veineux centraux ou des chambres implantables utilisés en chimiothérapie ou pour la nutrition parentérale) ou des cavités cardiaques droites. (Source : http://www.infirmiers.com/etud/cours/cardio/ep.php)

Broncho-pneumopathie chronique obstructive : L'expression broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) regroupe des affections caractérisées par une insuffisance de la ventilation pulmonaire. Ce groupe de maladies comprend essentiellement la bronchite chronique, l'emphysème et l'asthme. Les personnes affectées peuvent présenter divers symptômes, tels que de l'essoufflement s'aggravant avec les années, de la toux chronique ainsi que l'obstruction des voies respiratoires dans certaines conditions. (Source : http://www.cchst.ca/reponsessst/diseases/chronic_obstructive.html)

Bêtamimétique : substance dont l'action imite celle liée à l'excitation des récepteurs adrénergiques bêta du système nerveux sympathique (excitation du coeur, dilatation des vaisseaux périphériques, relâchement des muscles des bronches, de l'utérus, de la vessie et du tube digestif). (Source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-betamimetique.htm)

Arythmie complète par fibrillation auriculaire : Affection cardiaque se caractérisant par une irrégularité du rythme de contraction des oreillettes s'accompagnant d'une irrégularité complète du rythme des ventricules cardiaques. Ce trouble du rythme cardiaque se caractérise par la disparition du rythme sinusal normal (rythme cardiaque normal) qui est remplacé par des contractions rapides (survenant environ 400 à 600 fois par minute). Ces contractions auriculaires sont inefficaces et provoquent des contractions irrégulières et généralement rapides des ventricules (source : http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/arythmie-complete-7126.html)

Cordarone® : Le principe actif de CORDARONE est un antiarythmique de classe III. Il régule le rythme cardiaque en ralentissant les influx nerveux destinés au coeur. (source : http://www.doctissimo.fr/medicament-CORDARONE.htm)

Digoxine ®: DIGOXINE NATIVELLE améliore la contractilité du coeur (capacité à pomper) et contribue à réguler le rythme cardiaque. (source : http://www.doctissimo.fr/medicament-DIGOXINE%20NATIVELLE.htm)

Tabagisme à 60 paquets par année et stoppé en 97 : sevrage tabagique en 97

Hypertension artérielle : c’est une pression artérielle trop élevé, c’est un facteur de risque de maladie  cardio- vasculaire (source : manuel anat-phy n’guyen)

Dyslipidemie : patients dyslipidémiques sont définis par une augmentation des taux sériques du cholestérol et/ou des triglycérides. Ils ont de ce fait, le plus souvent, un risque accru de développer une athérosclérose dont les complications chimiques posent de graves problèmes de santé, en particulier lorsque sa localisation est coronaire." (Source : http://www.caducee.net/DossierSpecialises/endocrinologie/dyslipidemies.asp)

Bradycardie : On parle de bradycardie lorsque la fréquence cardiaque est anormalement basse. On considère en général que le sujet adulte présente une bradycardie quand sa fréquence cardiaque est inférieure à 60 battements par minute. (Source : http://recherche.doctissimo.fr/sitesearch/consult5/index.php?mid=59e08fc17244eda3c72e62c4ab48cb36&l=fr&collid=10000)

Insuffisance cardiaque droite : Incapacité du ventricule droit à assurer le débit sanguin nécessaire aux besoins métaboliques et fonctionnels de l'organisme (source : http://www.medinfos.com/principales/fichiers/pm-car-insufcarddroite.shtml)

Cardiomégalie : coeur anormalement volumineux. (Source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-cardiomegalie.htm)

CRP modérément élevé à 17mg/L : protéine C réactive (en anglais : C Reactive Protein). Protéine apparaissant dans le sang dès l'introduction d'un antigène (élément reconnu comme étranger) dans l'organisme. Elle disparaît lorsque se forme les anticorps (substances protéiques formées par l'organisme pour se défendre contre un antigène en se combinant spécifiquement à celui-ci). (Source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-crp.htm)

Echographie cardiaque trans thoracique : Le principe utilisé est celui du sonar. Un faisceau d'ultrasons de haute fréquence (2 à 10 MHz) est envoyé par un cristal piézoélectrique à travers le thorax selon une direction déterminée. Le récepteur recueille les échos renvoyés par les différentes structures cardiaques.Si on envoie non pas un mais de nombreux faisceaux séquencés dans un plan donner on obtient une image bidimensionnelle des structures cardiaques. Si ces faisceaux sont envoyés plusieurs fois par seconde, on peut observer une image en mouvement. (Source : http://www.medisite.fr/article_print.php3?id_article=1622)

Echographie trans-oesophagienne : Le principe général est celui des échographies. Un faisceau d'ultrasons de haute fréquence (2 à 10 MHz) est envoyé par un cristal piezoéléctrique situé à l'extrémité d'une sonde placée dans l'œsophage selon une direction déterminée. Le récepteur recueille les échos renvoyés par les différentes structures cardiaques.Cet examen doit n'être pratiqué qu'après une échographie transthoracique si celle-ci n'a pas pu fournir les renseignements escomptés ou si des précisions supplémentaires sont nécessaires (source : http://www.medisite.fr/article_print.php3?id_article=1623)

2. Expliquer les termes suivants :

Athérome : dépôt lipidique dans l’intima (tunique interne de la paroi) des artères (source : livre anat-phy n’guyen)

Angioplastie : L'angioplastie ou angioplastie coronaire transluminale percutanée (ACTP) est une technique utilisée pour élargir sans chirurgie une artère rétrécie. Le principe de base de l'angioplastie consiste à positionner à l'intérieur de la partie rétrécie de l'artère un cathéter dont l’extrémité est équipée d'un ballon gonflable. Celui-ci est gonflé et écarte la partie rétrécie et la paroi environnante de l'artère. Il ouvre l'artère rétrécie en déchirant et comprimant la plaque et en étirant légèrement la paroi de l'artère. (source : http://www.guidant.fr/Patient/Procedures/angio.aspx)

Extrasystole : Une extrasystole est définie comme un trouble du rythme du cœur correspondant à une contraction prématurée d’une des cavités du cœur, soit l’oreillette, soit le ventricule (source : http://www.e-cardiologie.com/maladies/ma-extrasystoles.shtml)

Hypovolémie : En médecine, l’hypovolémie désigne un déficit de sang dans le système circulatoire. Il se traduit par une baisse de la pression artérielle et peut mener au collapsus cardio-vasculaire (choc hypovolémique), voire à la mort. (Source : http://www.google.fr/search?hl=fr&lr=&cr=countryFR&defl=fr&q=define:Hypovol%C3%A9mie&sa=X&oi=glossary_definition&ct=title)

Infarctus : L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est un infarctus touchant le muscle cardiaque. Il se produit quand les artères coronaires se bouchent, les cellules du myocarde (le muscle constituant le cœur) ne sont alors plus oxygénées, ce qui les empêche de se contracter et finit par entraîner leur mort. (source : http://www.google.fr/search?hl=fr&lr=&cr=countryFR&oi=definer&q=define:infarctus+du+myocarde&defl=fr)

Ischémie : Une ischémie, c'est la diminution de l'apport sanguin artériel à un organe. Cette diminution entraîne essentiellement une baisse de l'oxygénation des tissus de l'organe en deçà de ses besoins (hypoxie), voire l'arrêt total de la circulation. (Source : http://www.google.fr/search?hl=fr&lr=&defl=fr&q=define:Isch%C3%A9mie&sa=X&oi=glossary_definition&ct=title)

Natriurese : Taux de sodium dans l'urine. (source : http://www.orpha.net/associations/AMMI/pages-nav/petit%20glossaire-%20Brigitte%20Corrine.htm)

Phlébite : Ce sont deux manifestations de la maladie thrombo embolique : un caillot (thrombus) se forme dans le réseau veineux des membres inférieurs (= phlébite) et peut migrer secondairement dans une artère pulmonaire (= embolie pulmonaire) (source : http://www.google.fr/search?hl=fr&lr=&defl=fr&q=define:Phl%C3%A9bite&sa=X&oi=glossary_definition&ct=title)

Pontage coronarien : Un pontage coronarien est une technique chirurgicale utilisée dans le traitement de la maladie coronarienne. Cette technique consiste à relier l'aorte et le segment distal de l'artère coronaire à l'aide d'un greffon artériel, pour permettre au sang de circuler librement en évitant l'artère lésée. (source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-Pontage-coronarien.htm)

Sténose : Une sténose est le rétrécissement d'un tube ou d'un canal de l'organisme par accumulation de substances dans la lumière ou par épaississement de la paroi. (source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-stenose.htm)

Syncope : Syncope est le terme médical signifiant évanouissement. (source : http://dictionnaire.doctissimo.fr/definition-syncope.htm)

3. Retrouvez les mots correspondant aux définitions suivantes :

-          Maladie des valvules : valvulopathie

-          Maladie du muscle cardiaque : cardiomyopathie

-          Rapidité du rythme cardiaque : tachycardie

-          Qui reproduit les effets du système sympathique : entraîne une augmentation de la force de contraction et de la fréquence cardiaque

-          Qui reproduit les effets du système parasympathique : entraîne une diminution de la force de contraction et de la fréquence cardiaque

-          Médicament utilisé pour dissoudre un caillot : héparine

-          Opacification du réseau veineux par injection de produit de contraste après ponction veineuse :

-          Coloration bleutée de la peau en rapport avec une désaturation du sang en oxygène : cyanose

-          Obstruction des vaisseaux sanguins pulmonaires par un ou plusieurs caillots : ?

-          Dilatation au niveau de la paroi d’une artère : anévrisme

Et pour affiner encore vos connaissances voila un lien qui vous dirige vers un QCM sur infirmiers.com ou vous pourrez tester pas mal de vos connaissances : http://www.infirmiers.com/etud/cours/cardio/qcm1.php

By Lydie & Cidalia


Posté par Youpiyo à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2006

Prise en charge de la douleur (cours)...

Prise en charge de la douleur (cours)...

Voici donc une avalache d'informations pour les passionnés de la douleur (sa prise en charge)! Abbes a eu la gentillesse de penser à vous en nous faisant parvenir nombre de documents (Word et PPS) qui leur ont été dispensés au cours de leur module optionnel sur la prise en charge de la douleur. Voici donc une liste des cours disponibles avec les liens de téléchargement (of course!).

Le conept qualité dans la prise en charge de la douleur (exposé) : télécharger ce fichier

Concept qualité dans la prise en charge de la douleur (PPS) : télécharger ce fichier

Les antalgiques (PPS) : télécharger ce fichier

Les soins palliatifs - Mise en place d'un réseau de soins palliatifs : télécharger ce fichier

Evaluation et prise en charge de la douleur chez le nouveau-né (PPS) : télécharger ce fichier

!!!EN CONSTRUCTION!!!


Posté par Youpiyo à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2006

Anthropologie...

L'ADULTE

Age bordé de crises, de remaniements identitaires.

On remarque dans cette phase 3 moments de crises

Adulte = production historique comme l'adulte évolue, comme se positionne t-il ds la transmission?

Peur : Travail

        : vie (rôles à endosser)

        : insécurité ( santé)

Il est noyé dans son travail, son avenir est incertain ( niveau familial)

Il est influençable, instable car il veut à tt prix être dans la maîtrise.

Il est difficile de définir ce terme, peu homogène, adulte = maillon faible.

C'est un concept variable, polysémique, à plusieurs acceptations, c'est un age chronologique, celui des statistiques, l'age bio( médecins...) avec l'horloge hormonal, age subjectif( psy...), on entre tot ou tard , age normatif ( socio...).

Il cherche la société, il va construire sa définition, ses normes.

Les liens st arbitraires, artificiels, puisque adulte = construction sociale et culturelle.

Ce 2ème age est la seule catégorie d'age qui puisse revendiquer une certaine autonomie face à des rôles sociaux à assumer.

Cependant, la désinstitutionalisation  du cours de la vie liée à la déritualisation des classes d'ages constitue de nouvelles données pour penser la vie de l'adulte depuis une trentaine d'années.

Désinstitutionalisation = grande crise des systèmes régulateurs que st la crise de l'état, la crise de la famille, la crise du travail.

Le terme adulte ne semble se comprendre que négativement.

C'est depuis une trentaine d'années qu'on a découvert ce mi-tps de la vie, cet age intermédiaire, post-ado, et vieillesse.

Difficile de savoir quand il commence et quand il finit : jeunes adultes, vieux adultes. Age le plus long de l'existence avec la hausse de l'espérance de vie.

Les relations inter-génerationnelles ne peuvent plus s'appréhender en terme de rupture, de séparation ms plutôt en terme de brouillage de classe d'age.

En effet, cet age adulte est un age renié au deux bouts: une jeunesse interminable et une retraite précoce.

Fluidité de cet age, d'autant qu'aujourd'hui , il y a disparition des rites de passage.

Dans les sociétés rurales existaient des mythes unificateurs, croyances communautaires, ms aussi des rites de passage ( fiançailles, conscription, contrat d'embauche, contrat d'apprentissage...) = horizon de la ruralité.

Aujourd'hui l'adulte, jusqu'à l'après guerre se définit par deux pivots:

- L'intégration dans une famille

- L'intégration dans un emploi

Aujourd'hui ces deux colonnes st très menacées ( fractures familiales et parcours professionnel instable, avec chômage, exclusion du marché du travail...).

On entre dans l'ère de l'incertitude, de l'instabilité, ds l'aire de l'itinéraire recomposé.

La problématique familiale se recentre sur le lien de filiation qui est un lien stable, au détriment de l'alliance, qui lui est devenu très fragile.

Toutes ces souffrances narcissiques impliquent un comportement de deuil, perte, repli sur soi, solitude jusqu'à la fatigue d'être soi (Einrenberg).

L'Adulte va se rabattre de plus en plus sur un court terme réduit à l'instant, d'où la montée des urgences, la montée des pulsions.

Le tps de l'adulte est de plus en plus orienté vers le projet, la créativité, un tps orienté vers l'avenir beaucoup plus que sur le passé ( transmission, mémoire...), sont devenus contre-productifs. On assiste de ce fait à la crise des engagements durables.

Les itinéraires st de plus en plus bricolés, négociés, chacun est sommés de se mettre en scène, de se vendre, d'être compétitif.

L'image de soi de l'adulte sera constamment remise en cause, il faudra qu'il se bricole lui meme, qu'il prenne la bonne posture.

En plus de ça, s'ajoute le trouble identitaire: montée d'androgynie, la métaphore paternelle est mise à mal.

Il y a dans nos sociétés un appauvrissement identitaire.

Jusqu'au début du 20ème siècle: être adulte = être parvenu terme de l'enfance.

Etymologie: adultus = qui a cessé de croître.

A la fin de la 2ème guerre mondiale , la force était un pays à majorité rurale, les modes d'initiations fonctionnaient normalement ( en inter-génerationnel).

Les rites de passage étaient assurés, de même que les seuils d'age étaient bien identifiés.

Adulte: norme perçu comme achèvement affectif, capable de transmission , d'initiation, puisque adossé à des repères historiques et générationnels.

Adulte enfermé dans un rôle rigide d'où le mythe de l’adulte incarnant plus le passé que l'avenir.

Cidalia & Lydie


Posté par Youpiyo à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2006

Cours de droit...

Cours de droit...

DROIT ET LEGISLATION

I/ Preambule

   A – Définition du « droit »

Droit objectif : règles de conduites obligatoires régissant de la vie des individus en santé et destinée à faire régner dans les relations sous l’ordre et la liberté.

      Droit subjectif : Pouvoir dont peuvent se prévaloir les individus (ex : droit de propriété)

   B – Caractère de  la règle de droit

La règle est générale et abstraite, cela signifie qu’elle s’applique à tout le monde sans tenir compte des partenariats. Elle a un caractère objective.

      Elle est obligatoire, tout le monde doit l’appliquer.

Accompagnée de sanction en cas de non respect. Il peut s’agir de sanction pénale lorsque l’infraction commise concerne un individu et la société. Aussi sanction civile lorsque les règles de vie ne sont pas respectées entre particulier. (Dommage / intérêt)

   Remarque

Dans certains cas une personne pour une même affaire sera sanctionnée en même temps civilement et pénalement. En effet lorsqu’un automobiliste brûle un feu rouge et renverse une personne = sanction pénale et civile.

   C – Distinction entre droit public et droit privé :

      Droit public : règle entre l’Etat et particuliers comprenant plusieurs matières :

-         droit constitutionnel : définition de l’organisation de la structure et du fonctionnement des pouvoirs publics.

Droit privé : est un ensemble de règle régissant les représentants entre les particuliers. Il comprend plusieurs matières :

-         droit civil : ensemble de règles déterminant les droits familiaux et patrimoniaux entre les particuliers

-         droit du travail : régit les rapports entre les salariés et les employeurs du secteur privé

-         droit commercial : régit les rapports entre les commerçants et les entreprises.

-         Droit international privé : il a pour objet de déterminer les règles applicables entre les particuliers lorsqu’il existe un élément étranger.

II/ Les sources supra législatives :

Elles se situent aux dessus des lois.

A-   la constitution

1)      Définition

Réglementer les relations entre les gouvernants et les gouvernés. Plus précisément la constitution à pour objet de déterminer les modes de désignation et de révocation des gouvernants ainsi que les pouvoirs respectifs. Ellea pour objet de déterminer les droits et les libertés des gouvernés.

2)      Etude de la constitution du 04/10/ 1958

a.      Le pouvoir exécutif :

Se compose du président de la république et du gouvernement. Le président de la république est élu pour 5 ans au suffrage universel direct. Il a de nombreux pouvoir.

-         il a le droit de grâce,

-         il est le chef des armées et de la diplomatie

-         il préside le conseil des ministres

-         il nomme le 1er ministre

-         il peur dissoudre l’assemblée nationale

-         il peur décider de soumettre un texte à un referendum

-         il peur décider d’utiliser l’art. 16 de la constitution

-         il promulgue les lois

Le gouvernement : les membres sont nommés par le président de la république sur proposition du 1er ministre. Les pouvoirs du gouvernement sont les suivants :

-         il détermine et conduit la politique de la nation

-         il détermine l’ordre du jour de l’Assemblée nationale et du Sénat

-         il peut proposer de soumettre une loi à referendum.

-         il peut prendre des mesures qu’on appelle ordonnance.

b.      Le parlement – pouvoir législatif

        Il se compose de deux chambres : l’Assemblée national et le sénat

Les députés de l’Assemblée Nationale sont élus pour 5 ans au suffrage universel direct. Les sénateurs sont élus pour 9 ans au suffrage universel indirect (députés, maire, conseiller…) Ils sont renouvelables par tiers tous les 3 ans.

        Le parlement propose les lois, il les discute et il les vote.

c.  Le conseil constitutionnel

Composition avec 9 membres nommés pour 9 ans et renouvelable par tiers tous les 3 ans. Trois de ces membres sont nommés par le président de la république, trois autres par le président de l’assemblée nationale et encore trois autres par le président du Sénat.

Le conseil constitutionnel peut être saisi par le président de la république ou le 1er ministre ou 60 députés, 60 sénateurs ou le président de l’assemblée nationale ou encore le président du sénat.

        Leurs attributions : - il vérifie si les lois et les traités sont conformes à la constitution

-         il contrôle la régularité des élections législative et présidentielle

-         il donne des avis dans certains cas (ex : lorsque le PR déccide d’utiliser l’art 16)

    

     B -Les traités

Règle de droit  régissant les rapports entre deux ou plusieurs Etat ou entre un Etat et une organisation internationale. Lorsqu’un traité est contraire à une loi, le traité prime toujours sur la loi.

C - Les sources formelles

D - Le règlement :

a.      Définition :

         Ensemble des règles de droit élaborées par les titulaire du pouvoir exécutif.

b.      Les différentes sortes de règlements :

         ü Les décisions du président de la république

Ce sont des mesures que le chef de l’Etat est amené à prendre et l’application de l’art 16 est  utilisée « en cas de menace grave contre l’indépendance de la Nation ou de l’intégrité du territoire ». En application de cet article le PR va se substituer au parlement et va gouverner pour assurer la défense de l’Etat et des pouvoirs publics.

E - Les ordonances du gouvernement :

   Mesure que prend le gouvernement sur Habilitation du parlement.

F - Règle de droit 

Elaboré soit par le PR soir par le 1er ministre. (ex : la loi est promulguée par decret du PR. De plus lorsqu’une loi est publiée au journal officiel le 1er ministre prend les d’application de cette loi)

G - Les arrêtés

Décision prise surtout par un maire, un ministre, un préfet. (ex :arrêté d’expulsion,stationnement, couvre feu…)

III/ La loi

A - définition :

  Norme gouvernemental et impersonnel voté par le parlement et promulguée par le PR

B - L’entrée en vigueur de la loi

Pour qu’une loi entre en vigueur deux formalités doivent être accomplies l’une est que la loi doit être votée. En effet la loi doit tout d’abord être promulguée. La promulgation  est l’acte par lequel le PR atteste l’existence et la régularité de la loi et ordonne sa publication et son exécution.

La loi doit être publiée au journal officiel, la publication a pour objet de faire connaissance de la loi (1 jour) à l’expiration de ce délai la loi est en principe obligatoire sauf dans certains il en est ainsi notamment quand la loi précise elle-même la date d’entrée en vigueur.

C - La procédure d’élaboration de la loi

En vertu de l’art. 39 de la constitution l’initiative des lois appartiens d’une part au premier ministre et d’autre part au membre du parlement (c’est un projet de loi si cela vient du premier ministre et c’est une proposition de loi si cela vient du parlement)

   Actuellement il y a beaucoup plus de projet de loi que de proposition de loi

   Exemple de préparation d’un projet de loi :

-         préparation d’un projet de loi : le projet va être préparé par le ministre compétent et va faire l’objet de toute une série de discussion et d’arbitrage au sein du gouvernement. Le projet de loi doit être soumis à l’avis du conseil d’Etat. Puis une discussion doit être faite avec le parlement. Le texte va être examiné par une commission de l’AN. La commission peur adopter le texte soit le rejeter soit proposer des modifications que l’on appelle des amendements. Le texte est discuté par l’AN entière (577 députés). Cette discussion se termine par un vote sur l’ensemble du texte, il faut un vote à la majorité absolu pour qui soit adopté. Une fois voté le texte est transis au Sénat qui l’examine en respectant la même procédure que l’AN (un passage en commission, le Sénat entier, vote du Sénat sur l’ensemble du texte) Mais pour que le texte soit considéré comme définitivement adopté il faut que les deux chambres le vote en terme identique. En pratique ce cas se présente rarement dès la première lecture. Si refus du Sénat le texte peut faire l’objet d’une navette entre les deux assemblées. Si après deux lectures, les deux assemblées ne se sont toujours pas mise en accord le gouvernement peut décider de réunir une commission composée de sept députés et de sept sénateurs pour proposer un accord. Si au terme  de cette réunion les deux assemblées ne sont pas en accord le gouvernement peut décider de donner le dernier mot au texte de l’AN.

-         Ensuite la promulgation de la loi et sa publication se fait au journal officiel.

-         Remarque au cours de la discussion devant le parlement le conseil constitutionnel peut être saisi.

Les principales juridictions françaises

I/ Juridiction de l’ordre judiciaire :

Elles sont chargées de trancher les litiges entre les particuliers et de juger les infractions aux règles du droit pénal.

  A - Les juridictions du premier degré

Ce sont les juridictions auxquelles on s’adresse en 1er lorsque l’on veut assigner des personnes en justice.

   

   1– Les juridictions civiles

      Chargée de trancher les litiges entre les particuliers

      a. Le TGI (tribunal de grande instance)

Au moins un par département. Devant ce tribunal l’avocat est obligatoire. La composition est d’au moins trois juges professionnels, lorsqu’il comporte plus de 5 juge on le divise en chambre ayant chacun un domaine de compétence.

         Les compétences du TGI sont

   ü Pour juger les affaires dont le montant de la demande est égale ou supérieure à 10000 €uros

   ü D’autres affaires de la compétence exclusive de ce tribunal quelque soit leurs montants (ex : litiges relatif à un divorce, adoption, accident de la circulation, crédits immo, succession, régimes matrimoniaux)

b. Le TI (tribunal d’instance)

Il est composé d’au moins un juge professionnel ou aussi de plusieurs juges qui se répartissent des affaires que le juge d’instance a statuer à un juge unique devant le tribunal, l’avocat n’est pas obligatoire.

         Les compétences du TI sont

   ü Pour trancher les litiges dont le montant ne dépasse pas 10000 €uros.

ü D’autres affaires relèvent de sa compétence (conflit de voisinage, loyer, problème tutelle ou curatelle…)

c. Le juge de proximité :

   Juge non professionnel qui est chargé de régler des petits litiges du quotidien dont le montant ne dépasse pas où est égal à 4000 €uros. Il se prononce toujours après avoir essayer de concilier les deux parties.

d. Le conseil des prud’hommes

   Il est représenté en nombre égal

-         de représentants des employeurs

-         de représentants de salariés

Ils sont tous élus pour 5 ans et sont juges occasionnels.

Chaque conseil des prud’hommes se divise en 5 sections :

   ü Industrie                              ü agriculture                           ü commerce

   üEncadrement (cadre)            ü activités diverses      

   

Les compétences du conseil des prud’hommes sont :

   ü Trancher les litiges entre employeurs et salariés relatifs à un contrat de travail ou d’apprentissage.

   ü En 1er et dernier ressort pour demande d’établissement d’un bulletin de paie ou certificat de travail.

Tout litiges avent d’être jugé doivent toujours faire l’objet d’une tentative de conciliation.          

      e. Le tribunal de commerce :

Il est composé de juge élus pour deux ans et renouvelable ou ce sont des juges occasionnels (commerçants)

Les compétences du tribunal de commerce sont :

   ü Trancher les litiges entre les commerçants

   ü Trancher les litiges entre associés ou actionnaires

            ü Mise en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire d’une société commercial.

2) Les juridictions répressives

  Elle est chargée de statuer sur les infractions à règles du droit pénal

a. La cour d’assise

Elle est composée de 9 jurés et de 3 magistrats.

Les compétences de la cour d’assise sont :

   ü Juger les crimes (infraction les plus graves)

Remarque : depuis la loi sur la présomption d’innocence, les décisions rendues par la cour d’assise peuvent faire l’objet d’un appel devant une autre cour d’assise portant le nom de cour d’assise des appels qui se compose de 12 jurés et de 2 magistrats professionnels.

b. Le tribunal correctionnel :

Il est chergé de juger les déklits (vols, simple, escroquerie..) Il est composé lors des audiences de 3 juges.

c. Le tribunal de police

Juge es contraventions qui sont les infractions les moins graves avec un juge uniquement.

B – Juridiction du 2nd degré

a. La cour d’appel

Environ 35 cours d’appel sur le territoire. Elle est hiérarchiquement superieur à la juridiction du 1er degré et elle couvre un à plusieurs departements. Chaque cour d’appel est divisée en chambre ayant chacune ses competences.

   Les compétences de la cour d’appel sont :

   ü Examiner tout les appel dans la décision rendue par les jurodictions du 1er degré située dans son ressort territorial. Elle réexamine l’affaire de la même facon que la juridiction du 1er degré

   Quelle décision peuvent faire l’objet d’un appel ?

-   en matière civil l’appel est possible lorsque le montant du litige est de 400 €uros.

-   Pour les décisions rendues par le conseil ds prud’hommes le montant au-delà duquel l’appel est possible est modifié chaque année par décret 

-   En matière pénale l’appel est possible contre tus les jugements par le tribunal correctionnel et contre certains jugements rendus par les tribunaux de police 

   

b.La cour de cassation :

Elle est le sommet de la hiérarchie des juridictions de l’ordre judiciaire ; Il s’agit dune juridiction unique au siège de Paris.

Elle se compose de 6 chambres parmi lesquelles il y a 3 chambres civiles (commercial, criminel et sociale)

Elle ne peut être saisie que pour des motifs de droits (vice de procédure, violation de la loi, l’insuffisance de motifs.)

   Elle est donc uniquement juge du droit.

II/ Les juridictions de l’ordre administratif

   Chargées de trancher les litiges les particuliers et l’Etat ou une collectivités publics

   (ex : - demande de dommage et intérêt à un hôpital public

   - litiges relatifs à contrat conclu avec l’administration

   - La contestation d’une décision administrative)

Au 1er degré les litiges sont tranchés par le tribunal administratif. Il est composé de juge qui sont pour la plupart d’entre eux issu de l’ENA (ordre national de l’administration)

Au second degré les litiges sont tranchés par la cour administratif d’appel qui sont chargés d’examiner les appels de la plupart des jugements rendus par les tribunaux administratifs.

   Au dessus de tout cela, il y a le conseil d’Etat = juridiction unique qui siégeait à Paris à palais royal.

   Deux grandes fonctions :

-   Le conseiller du gouvernement qui doit consulter sur les projets de loi, d’ordonnance et aussi sur certains projet de décret

-   Il tranche des litiges et pour cela il est dans la plupart des ces juges de cassation des décisions rendues par le cour administrative d’appel.

Il peut être juge en premier et dernier ressort, il en est ainsi pour les litiges relatifs à élections régionales ou européennes. Dans d’autres cas le conseil d’Etat est juge d’appel, il en est ainsi en matière d’élection municipale.

Les incapacités

Chapitre I : Les mineurs

On appelle mineurs toutes personnes n’ayant pas atteint l’age de 18 ans(majorité) dans  certains cas le mineur peut accomplir certains actes juridiques (une femme peut se marier à 15 ans, un mineur peut travailler à partir de 16 ans, peut avoir un compte en banque, le gérer, peut être entendu en justice pour la défense de ses intérêts dans toutes procédures le concernant, peut être entendu seul ou avec un avocat, lorsqu’il demande à être entendu son audition peut être écartée que par décision motivée, il est responsable des dommages qu’il cause à autrui, mais en pratique toutes les responsabilités seront prises en charge par les parents.) dans tous les cas un régime de représentation asura la protection de la personne du mineur et de ses biens sous la surveillance du juge des tutelles. Mais cette représentation prend différentes formes selon la situation familiale du mineur.

I/Régime de protection

A-    Administration légale

1.      Les différentes formes administratives

    Il en existe deux sortes :             - administration légale pure et simple

                 - administration légale sous contrôle judiciaire

L’AL simple s’applique lorsque les 2 parents de l’enfant sont vivants et qu’ils exercent une commune autorité parentale. De plus l’enfant doit avoir des biens à gérer.

L’AL  sous contrôle  s’applique lorsque l’enfant à des biens à gérer et lorsqu’un des parents est décédé ou déchue de son exercice de l’autorité parentale. Dans ce cas un seul des parents est susceptible d’assurer la protection de la personne du mineur et de ses biens sous le contrôle judiciaire des tutelles.

2.      Le fonctionnement de l’AL

Quelle soit pure et simple ou sous contrôle judiciaire l’AL va fonctionner à l’aide d’un certain nombre d’intervenants lesquels vont avoir des pouvoirs bien défini

         a. Administrateurs légaux :

Ils sont titulaires de l’autorité parentale, puisqu’ils ont envers l’enfant un devoir de garde, d’éducation et de surveillance. En outre ils doivent gérer les enfants en bon père de famille (au mieux de l’intérêt de leur enfant) cependant leurs pouvoirs sont bien variés en fonction du type d’administration et des actes conservataires. Cette règle s’applique quelque soit le type d’AL.

   - Acte  d’administration : ont pour but de gérer les patrimoines d’une personne (ex : placer une somme d’argent dans le but finale qu’elle rapporte des intérêts)

   - Actes conservatoire : ont pour but de protéger les biens d’une personne (ex : entretenir un bien, prendre une assurance pour le bien…)

En revanche en cas d’AL pure et simple l’accord des 2 parents est exigé pour l’accomplissement des actes de disposition et lorsqu’ils ne sont pas en accord le juge des tutelles tranche en faveur de l’un ou de l’autre.

   - Actes de disponibilité : acte qui fait sortir un bien du patrimoine d’une personne ( ex : vente)

En cas d’AL sous contrôle judiciaire le juge doit donner son accord pour l’accomplissement de tous les actes de disponibilité.

Remarque : les administrateurs légaux sont responsables de toutes fautes commises dans la gestion des biens du mineur.

   b. Le juge des tutelles

   C’est un juge du TI. Il joue plusieurs rôles :

-         surveillance générale qu’il exerce quelque soit le type d’AL (peut convoquer les administrateurs légaux pour leur demander des explications sur tel ou tel acte qu’ils auraient accompli)

-         rôle d’autorisation qui est beaucoup plus utilisé dans l’AL sous contrôle judiciaire au cours de laquelle il intervient plus souvent.

-         rôle de décision puisqu’il peut par exemple nommer un tiers qui sera charger de gérer certain bien du mineur

         

         L’Al prend fin quand :

-         le mineur devient majeur

-         quand le mineur est émancipé

-         quand le mineur décède

-         quand l’administrateur légal devient une tutelle

II/ La tutelle :

Elle s’ouvre lorsque les parents du mineur sont décédés ou quand ceux-ci ont été déchus de leur autorité parentale. Elle fonctionne à l’aide de certains intervenant qui vont avoir des pouvoirs précis.

A-    Le conseil de famille (organe de décision)

Il s’agit d’une assemblée composée de parents et/ou d’administrateur de mineur, comprend 4 à 6 personnes, elle est présidée par le juge des tutelles et les membres du conseil sont nommés par le juge des tutelles pour toute la durée de la tutelle en principe.

Le conseil de famille est convoqué par le juge des tutelles soit d’office soit à la demande de deux de ses membres, du tuteur, du mineur (au moins 16 ans).

Quels sont les pouvoirs du conseil de famille :       

-         à l’ouverture de la tutelle il nomme le tuteur et le subrogé tuteur

-         au cours de la tutelle il délibère sur les conditions générales de l’entretien et d’éducation du mineur (en fonction des décisions exprimés par les parents et en fonction de l’utilisation des biens.)

-         du cours de la tutelle il autorise le tuteur à accomplir les actes de disponibilités sur les biens du mineur.

      B - Le tuteur  (organe d’execution)

      Il exécute ce qu’on lui dit de faire. Il est en principe nommé pour toute la durée de la tutelle

      Désigné par :

                                 -             testament (membre de la famille ou étrangère)

- incendant le plus proche en degré (grands parents)

               - nommé par le conseil de famille (mb de la famille ou étrangère)

      La fonction du tuteur :

      -    Il prend soin de la personne du mineur qui est légalement domicilié chez lui.

      -    Il gère les biens du mineur en bon père de famille et pour cela dès l’ouverture de la tutelle et dans les 10 jours qui suivent sa nomination, il doit faire procéder par un notaire à l’inventaire des biens du mineur et en présence du subrogé tuteur.

      -    Au cours de la tutelle il peut accomplir seul les actes d’administration et les actes conservataires

      - Il doit obtenir l’autorisation du conseil de famille pour l’accomplissement des actes de disponibilité à défaut celui du juge des tutelles.

      

      C – Organe de contrôle

         1. Le subrogé tuteur

Nommé pour toute la durée de la tutelle par le conseil de famille dont il est obligatoirement un des membres.

         Pourvoir :

-         Dès l’ouverture de la tutelle il est en collaboration avec le tuteur, il fait procéder par un notaire à un inventaire des biens du mineur

-         Au cours de la tutelle, il  surveille le tuteur dans sa manière de procéder pour gérer les biens du mineur pour cela le tuteur doit remettre chaque année au subrogé tuteur les comptes de gestion que le subrogé transmet au juge avec son observation

-         De plus il informe le juge chaque fois qu’il constate que le tuteur a commis une faute dans la gestion des biens. S’il ne le fait pas il est solidairement responsable.

      D – La juge des tutelles

Il a un rôle de surveillance générale, il peur convoquer le tuteur ainsi que les autres organes pour leurs demander des éclaircissements. De plus, il surveille avec le subrogé la gestion des biens. Il préside le conseil de famille, le convoque, nomme et révoque ses membres. Il donne certaines autorisations.

      Conclusion la tutelle prend fin encas de majorité ou d’émancipation

      L’émancipation :

C’est un procédé juridique qui permet au mineur de sortir de son état, d’incapacité pour accéder à un état de capacité presque totale

-         émancipation légale : le mineur se marie

-         émancipation judiciaire : elle est prononcée pour un motif valable et à condition que le mineur ait 16 ans) et toujours après audition du mineur.

         Les effets de l’émancipation :

-         en principe le mineur a la pleine capacité et peut accomplir tous les actes de la vie aussi il échappe à l’autorité parentale, il n’est plus couvert par ses parents pour dommage causé à autrui.

-         Il n’a pas le droit de vote, il ne peut exercer aucune profession commerciale. Il peut participer à la constitution de certaines société (SA, SARL…)

Chapitre II : Les majeurs

Il s’agit des personnes dont les facultés mentales sont altérées (ex : en raison de maladie, affaiblissement dû à l’âge…)

Ces personnes peuvent avoir besoin d’être protégées en matière de gestion des biens contre leur propre agissement ou contre des agissements de tiers malveillant. Selon la gravité de l’état de la personne 3 régimes de protection peuvent être envisagé :

   

   I/ La sauvegarde de justice :

   Il s’agit d’une mesure de protection temporaire

Lorsque la personne est hospitalisée dans un établissement privé ou public, le médecin qui suit doit demander une mise sous sauvegarde de justice lorsqu’il estime que la personne  doit être protégée en raison des troubles quelle présente. En pratique le médecin ne procédera à cette demande de mise sous sauvegarde judiciaire que si la famille de la personne le demande. Cette demande est adressée au procureur de la république qui y donnera suite.

   Le fonctionnement :

Une personne mise sous sauvegarde de justice conserve l’exercice de ses droits et peut donc administrer ses biens librement et comme elle l’entend. Cependant le juge peut nommer une personne mandataire, pour la résiliation de certains actes d’administration du patrimoine. Pour l’accomplissement d’acte de disposition le juge devra ouvrir soit une tutelle ou une curatelle. Les actes concluent par le personne depuis sa mise en sauvegarde judicaire peuvent être annulés. Soit à la demande de la personne même, du conjoint, de ses parents, frère ou sœur.

   Elle prend fin.

-         en cas de nouvelle déclaration du médecin attestant que la personne est guérit

-         en cas de péremption ( 1ère demande 2 mois, après 6 mois.)

-         En cas de transformation en curatelle ou en tutelle

   II/ La curatelle :

C’est une mesure de protection intermédiaire entre la sauvegarde et la tutelle. Elle est mise en place par le juge lorsque la personne n’est pas totalement dans l’incapacité d’agir mais lorsqu’elle a besoin d’être dirigée ou conseillée pour l’accomplissement de certains actes (aide de quelqu’un = un curateur)

   III/ La tutelle

Il existe plusieurs formes de tutelle, quelque soit la forme la personne est protégée de la même façon.

1.tutelle en forme d’AL : le tuteur qui peut être le conjoint ou un membre de proche famille  va gérer les biens de la personne incapable sous le contrôle judiciaire du juge des tutelles.

2.tutelle ordinaire : fonctionne comme celle d’un mineur avec un tuteur, un subrogé tuteur, un conseil de famille, un juge mais le tuteur est nommé pour 5 ans sauf si c’est le conjoint de l’incapable (sauf avis de divorce)

Si la personne a très peu de biens à gérer ou une famille inapte à gérer ses biens ou pas de famille. Le juge peut désigner un gérant de la tutelle qui peut être une association reconnue d’utilité publique et chargée d’assurer l’entretien de la personne sous le contrôle des juges des tutelles.

Les actes accomplis par la personne incapable dès sa mise sous tutelle peuvent faire l’objet d’une action en en nullité.

                                                                                                                                                         Cidalia & Lydie


Posté par Youpiyo à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Entrainement...

Entrainement...

Calcul de doses

1/CONVERSION

Les différentes unités rencontrées et maniées sont le poids (gramme), le volume (litre ou mètre cube = m3).
Les préfixes des multiples et sous multiples sont les même pour toutes les unités (gramme, litre, mètre, joule etc...).

Un outil permet de ne pas faire d'erreur pour les conversions : le tableau :

Kilo

Hecto

Deca

Unité

Déci

Centi

Milli

Micro

De droite à gauche, il faut diviser par 10 pour passer d'une case à l'autre.
De gauche à droite, il faut multiplier par 10 pour passer d'une case à l'autre

Exemple :

Kilo

Hecto

Deca

Unité

Déci

Centi

Milli

Micro

1

0

0

0

0,

0

0

0

1

Ce qui donne donc pour la première ligne : 1 unité = 1000 milli unité
Pour la ligne deux : 1 milli unité = 0,0001 déca unité.

2 /CONVERSION DE POIDS

Pour les correspondances entre litre et mètre cube, il y a deux choses à savoir :

- un litre est égal à un déci mètre cube
- les case du tableau en cube comportent de la place pour trois chiffres, ce qui donne

M3

Dm3

Cm3

Mm3

Hecto litre

Deca litre

Litre

Déci litre

Centi litre

Mili litre

3 /LES CHIFFRES ROMAINS

Par convention, sur une prescription tout débit ou dose d'un médicament est donné en chiffre romain.

Les lettres sont utilisées en décomposant le nombre en une somme de nombres représentés chacun par une lettre

1=I

6=VI

50=L

2=II

7=VII

100=C

3=III

8=VIII

500=D

4=IV

9=IX

1000=M

5=V

10=X

Les chiffres représentés doivent toujours diminuer en allant de gauche à droite

Par exception aux règles ci dessus : une lettre peut être à la gauche d'une autre lettre représentant un chiffre supérieur : le chiffre représenté est obtenu par soustraction des deux lettres.

On ne peut pas retrancher à un chiffre représenté par une lettre la somme de deux lettres situées à sa gauche.

Exemple

53= LIII

1259=MCCLIX

28=XXVIII

4/  LES UNITES INTERNATIONALES

Elles sont utilisées afin de disposer d'un référentiel international commun afin d'éviter les erreurs  du à l'utilisation de données propre aux fabricants et aux laboratoires.

ex : L'héparine se mesure en UI en non plus en mg.

5/ LES CONCENTRATIONS

La concentration c'est la masse dissoute dans l'unité de volume d'une solution. On peut la chiffrer de deux manières :

En pourcentage (pour cent : %, pour mille %0, pour dix mille %00)

En poids par unité de volume (g/l, mg/l, g/100ml, mg/ml etc...)

Il est très important de comprendre à quoi cela correspond pour bien appréhender les calculs de dose.

% correspond à : gramme pour cent millilitre

Ce qui signifie que une ampoule de NaCl de 10 ml à 20 % contient :

20 grammes

de NaCl pour 100 millilitres donc,
2 grammes de NaCl pour 10 millilitres (réduction de 1 zéro) donc
Une ampoule de NaCl de 10 ml à 20% contient

2 grammes

de NaCl

ou bien,

Ce qui signifie que un flacon de G5% de 250 millilitres contient :

5 grammes

de Glucose pour 100 millilitre donc,
12,5 grammes de Glucose pour 250 millilitre
Une flacon de G5% de 250 ml à contient

12,5 grammes

de Glucose

6/ LA REGLE DE TROIS

La règle de trois consiste à calculer une inconnue avec trois données.

Dans un premier temps, on effectue une division des deux données aux unités différentes pour obtenir la valeur de la proportion correspondant à une unité de l'inconnue recherchée.

Dans un second temps, il faut multiplier cette proportion par la troisième valeur.

Exemple :

Vous devez injecter 250 mg d'aspirine à un patient et pour cela vous disposez d'un flacon de 500 mg et de 5 ml d'EPPI.

Dans un premier temps : combien de ml représente un mg de produit :

5 / 500 = 0,01 donc 1 mg = 0,01 ml d'aspirine

Dans un second temps, combien de ml représente 250 mg :

250 * 0,01 = 2,5 donc 250 mg d'aspirine est égal à 2,5 ml de solution.

Vous injecterez donc 2,5 ml de solution

7/ LES PRODUITS EN CROIX

Il s'agit d'une autre technique permettant d'obtenir un résultat à partir de trois données.

La règle utilisé est celle de l'équivalence entre deux fractions :

a / b = c / d

a et c sont les numérateurs et b et d sont les dénominateurs.

On peut alors multiplier le numérateur de la première fraction avec le dénominateur de la seconde fraction et le numérateur de la seconde fraction avec le dénominateur de la première.

a * d = b * c

Si l'inconnue est d on obtient alors :

d = (b * c) / a

Exemple :

20 / 2 = 100 / X

Donc on peut dire : 20 x X = 100 x 2

donc X = (100 x 2) / 20

donc : X = 200 / 20

alors X = 10

8/ LES DEBITS

Le débit est le rapport d'un volume sur le temps. Le débit d'une perfusion s'exprime en gouttes par minutes. Pour le calculer, il faut se souvenir que :

Pour les solutés standard : 1ml = 20 gouttes

Pour le sang : 1 ml = 15 gouttes

Pédiatrie, microdrip : 1 ml = 60 gouttes

Un débit de perfusion est donc égal au :
volume en ml multiplié par 20 divisé par temps de passage en minutes pour les solutés.
volume en ml multiplié par 15 divisé par temps de passage en minutes pour le sang.
volume en ml multiplié par 60 divisé par temps de passage en minutes pour les perfusions en pédiatrie sur microdrip.

Parfois, des électrolytes ou des médicaments sont ajoutés, sur prescription médicale, dans les flacons de perfusion. Pour calculer le débit, on ne tient pas compte des volumes ajoutés (sauf cas particulier comme en réanimation par exemple), la base du calcul sera le volume de la perfusion uniquement. Les seules exceptions sont les perfusions d'antimitotiques ou celles destinées aux nourrissons.

9/ QUELQUES CORRESPONDANCES CLASSIQUES

1 cm

cube = 1 cc =1 ml

une cuillère à café = 5ml

une cuillère à dessert = 10 ml

une cuillère à soupe = 15 ml

un verre ordinaire = 150 ml

EXERCICES :

Question 1

La prescription médicale est de : 1500 ml de G5 % sachant que vous disposez de flacon de 500 ml et de 1000 ml dans lequel vous mettrez :

-

2 g

de KCl / l vous disposez d'ampoule de 10 ml à 10 %

-

6 g

de Na Cl / l vous disposez d'ampoule de 20 ml à 20 % et de 10 ml à 10 %

-

1 g

MgSO4 / l vous disposez d'ampoule de 10 ml à 10 %

-

2 g

CaCl2 / l vous disposez d'ampoule de 10 ml à 10 %

- Donner pour chaque électrolytes la quantité en ml par flacon de G5 %

- Calculer le débit de la perfusion en gouttes par min et donner la planification horaire, la mise en route des prescriptions commençant à 12 h 00

Question 2

Vous devez donner 1000 mg x 3 de Dépakine sirop à un patient. Vous disposez d'une solution de 50 ml. Le dosage est de 1 ml = 400 mg.

Combien de solution en ml allez-vous préparer pour une dose ?

Question 3

Le médecin prescrit une perfusion :

1 litre

de soluté glucosé à 5 %,

1 g

Na Cl, 1g KCl
Pour la perfusion, vous disposez des ampoules suivantes :
- ampoule de 10 ml de Na Cl à 20 %,
- ampoule de 10 ml de KCl à 10 %.

Calculez la quantité de produits (en ml) que vous rajouterez à la perfusion.
Calculez le débit gouttes/mn sachant que la perfusion passe en 12 heures.

Question 4

Vous disposez d'un flacon de NEBCINE de 1,5 ml contenant 75 mg de principe actif. Vous devez injecter 65 mg.

Quel volume prélèverez-vous ?

Question 5

Vous devez appliquer la prescription suivante :

CLAMOXYL : 75 mg/kg/jour pour un bébé de

4 kg

. 3 injections par 24 heures avec un flacon de CLAMOXYL de 500mg et 10ml d'eau distillée.

Calculez la dose par injection et le volume à injecter à chaque injection

Question 6

Le médecin prescrit une perfusion :

1 l

de soluté glucosé à 5 %
1 g Na CI
1 g KCI

Pour la perfusion, vous disposez des ampoules suivantes

- ampoule de 10 ml de Na CI à 20 %
- ampoule de 10 ml de KCI à 10 %

Calculez la quantité de produits (en ml) que vous rajouterez à la perfusion.
Calculez le débit gouttes / mn sachant que la perfusion passe en 12 heures

Question 7

Vous devez préparer une perfusion :

1 litre

de glucosé à 5 %
5 g de Na CI (ampoule de 20 ml à 20 %)
2 g de KCI ( ampoule de 10 ml à 10%)

Quelle quantité de glucose en gramme est contenue dans le flacon de

1 litre

Calculez la quantité en ml d'électrolytes à introduire dans le flacon.

Calculez le débit/ gouttes/ mn pour la perfusion sachant qu'elle doit passer en 12 heures, en additionnant la quantité apporté par les électrolytes.

Question 8

Le médecin a prescrit pour 24 heures le traitement intraveineux suivant

- AMlKLIN : 500 mg à 8 h, 16h, 24h à passer dans 200 ml de glucosé à5 % sur 45 mn;
- AUGMENTIN :1 g à 8h45, 16h45, 0h45, à diluer dans 500 ml de soluté salé à 0,9 % à passer en 30 mn.
- FLAGYL : 1 poche perfusion de 100 ml dosée à500 mg à 10 h, et à 22h chaque poche doit passer en 30 mn.

Calculez le débit gouttes / mn pour ces différentes perfusions.

Question 9

Un antibiotique est donné à un enfant à la dose quotidienne de 50 mg /5 kg de poids corporel. L'enfant pèse

27 kg

. Le médicament est en comprimé dosé à 45 mg et conditionné en tablette de 20 comprimés.

Combien de comprimés l'enfant recevra-t-il par 24 h?
Pendant combien de temps le traitement peut-il être assuré avec 3 tablettes de comprimés ?

Question 10

Le médecin prescrit à M.Y la perfusion suivante

2 litre

de glucosé à 5 % pour 24 h
4 g de Na Cl / 24h
4 g de KCI / 24h

Vous devez préparer la perfusion, pour cela vous disposez d'ampoules de NaCl de 20 ml à 20 %, d'ampoules de KCl de 10 ml à 10 %.

Calculez le volume d'électrolytes que vous rajouterez dans la perfusion. Calculez le débit goutte / min.

Question 11

Vous devez injecter dans 500 ml de glucosé à 5%

0,50 g

de Na Cl (ampoule de 20 ml à 20%)
0,50 g de KCl (ampoule de 10 ml à 10% )

-Combien de ml de produit mettrez-vous dans la perfusion?
-Calculez le débit gouttes / mn sachant que la perfusion doit passer en 4h.

Exercices extraits d'infirmiers.com

Cidalia & Lydie


Posté par Youpiyo à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cours de santé publique...

Cours de santé publique...

LES DEUX NIVEAUX DE SOIN EN SANTE PUBLIQUE

A/ Soins de santé primaire

1-      Définition :

Soins essentiels, curatifs, préventifs et promotionnel reposant sur des méthodes, des techniques et des pratiques scientifiquement valables rendues universellement accessible à tous avec la pleine participation de la communauté et à un coût acceptable pour le pays.

2-      Déclaration d’Alma Ata (1978 en Russie) cf. polycopié

B/Santé communautaire

1- Communauté : collectivité, groupe de personnes qui régissent leurs vies ensemble selon     des principes partagés et accepter par chacun et reconnu comme tel par tous ce qui implique des liens étroit.

2-      Santé communautaire : C’est un processus par lequel les individus et les familles

d’une part prenne en charge leur propore santé et leur propre bien être comme ceux de la communauté. D’autre part développe leurs capacités de concourir à leur propre développement comme celui de la communauté. Introduit la notion d’engagement individuel et communautaire. Participation active de chacun qui agit au niveau local.

C/ Promotion de la santé :

      1 - Charte d’Ottawa ( 1986 au Canada) cf. polycopié

      

      2- Déclaration de Jakarta (1997 en Indonésie) cf. polycopié

Le bilan après la charte d’Ottawa : réflechisse sur les déterminants de santé.

      

      3- Prévention

     Prévention : ensemble de mesure qui ont pour but d’éviter l’apparition ou de réduire la gravité d’une pathologie ou plus généralement d’un pb de santé ainsi que d’éviter les récidives.

a.      Prévention primaire

Consiste à entretenir unb état de santé présumé bon ou normal en évitant l’apparition de toute maladie, accident ou problème de santé par l’élimination à sa cause initiale ou principale. ( ex : vaccination, campagne publicitaire…)

      û Taux d’incidence : nombre de nouveaux cas sur une période donnée ou ciblée

      û Prévalence : nb total de cas existant sur une période donnée par rapport à la population à cette date.

b.      Prévention secondaire

Consiste à identifier une maladie ou un pb de santé avant qu’elle ne produise des effets cliniques irréversibles.

      û Dépistage : il n’y a pas de signes cliniques de la maladie. Repose sur l’identification des symptômes précurseurs, des lésions anatomiques ou biologiques.

      û Diagnostic précoce : repose sur le principe que si le traitement d’une maladie et d’autant plus facile et efficace s’il intervient au stade initial de la maladie

c.       Prévention tertiaire

Consiste à éviter l’évolution d’une maladie ou un problème de santé vers des conséquences indispensables et des infirmités.

Exemple pour un infarctus du myocarde :

Prévention primaire :

-         alimentation équilibrée (fruits, légumes,abscence de graisse..)

-         pas de tabac, alcool

-         pratique sport

-         attention au stress

Prévention secondaire

-         dépistage facteurs de risque

-         consultation régulière cardiologue (ECG, glycémie..)

      Prévention tertiaire

-         Eliminer les facteurs de risque (consult. Tabaco, alimentation, proposer activité sport…)

-         Suivi

D/ HISTOIRE DE LA SANTE PUBLIQUE

-         19ème siècle : Ignaz Philip Semmelweiss, comprend à quoi sont dû les fièvres puerpérales. Grâce à la mise en place de mesures d’hygiène simple il les fait diminuer.

-         19ème siècle : Pasteur travaille sur la fermentation des êtres vivants à part entière responsable de la fermentation. Il découvre l’infiniment petit.

1879 : fait culture des microbes du cholera

1885 : vaccin contre la rage

            On voit apparaître de véritables notions de santé publique : dépistage, vaccination, organisation sanitaire, traitement des eaux usés.

-         Début du XXème : vision hygiéniste de la santé publique

1902 : parution de la charte de l’hygiène publique

û Vaccin contre la variole

û Déclaration des maladies infectieuses, la désinfection des locaux…

û La surveillance des sources d’eau potable et renforcement de la notion d’insalubrité des locaux

û 1ers contrôles médicaux

-         Seconde guerre mondiale : évolution de la prévention, des diagnostics et des traitements.

-         1945 : création de la sécurité sociale

-         1946 : création de l’OMS

Son 1er objectif  « donner la possibilité à toutes les nations d’atteindre le plus haut niveau de santé ». Le plus grand succès de l’OMS est l’éradication de la variole par des campagnes de prévention

-         L’épidémiologie fait son entrée, étudie des populations et non pas des individus. Elle permet de dire :

      û   Un agent peut être la cause d’une maladie

      û   Des facteurs sont susceptibles d’en augmenter la fréquence

û       Le mode de transmission

û       L’évolution des conséquences

û       L’efficacité des mesures prises

-         L’éducation sanitaire qui est axée sur la transmission du savoir.

-         1970 : Définition de la notion de soins de santé primaire

-         Fin du XXème et début du XXIème : Campagnes +++ et de moins en moins d’impact

-         La notion de promotion de la santé : charte d’Ottawa en 1986 et la Charte de Jakarta en 1997.

I/ Définition :

-         C’est la science qui statistiquement l’état de santé des divers groupes humains.

-         Son but est de pouvoir améliorer les connaissances dans un but descriptif et comparatif.

-         Mesurer l’état de santé des populations pour faire une relation entre l’état de santé et les différents facteurs de cette population (âge, sexe, environnement…)

-         Historiquement l’épidémiologie apparaît à la fin du 19ème siècle avec Pasteur qui donne une impulsion pour la vaccination et la recherche. Il fallait des fonds pour ses recherches et donc une argumentation.

-         Dans un 1er temps ð étude sur les maladies (variole, tuberculose,peste, grippe…) puis développement sur les accident de voiture, du travail, cancer…Il développe son champs d’action.

-         L’IDE peut faire des statistiques en santé publique pour justifier de son activité (centre prévention…)

II/ Les grands axes :

a)      épidémiologie descriptive

-         C’est la partie de l’épidémiologie qui fournit l’information sur l’état de santé de la population. Etudie surtout la mortalité et la morbidité. On recueille ces informations parles certificats de décès, la population globale, courbe des âges, contact Institut de Veille Sanitaire qui ont la liste des maladies à déclaration obligatoire, il créait des réseaux de veille sanitaire pour les épidémies.

û Mortalité : étude des décès

û Morbidité : étude des maladies

-         En France c’est très localisé tandis qu’en Angleterre l’épidémiologie et  très délocalisé.

-         Les relevés épidémiologiques dépendent de l’OMS pour leur interprétation. Ce sont des comparaisons internationales (ex : le SIDA)

-         Les limites de ces études sont l’accès aux informations.

-         BUT : C’est une donnée brute avec une population donnée. C’est un constat qui va servir à la planification des actions et de la carte sanitaire. C’est une carte hiérarchique des pb de santé nationaux et internationaux. Cela définit les axes de recherche.

b)      épidémiologie analytique :

-         Permet de mettre en relation pathologique et facteurs (cdt° de vie, travail…). C’est l’étiologie ð étude de la cause

-         C’est l’analyse de la cause de cette pathologie. Cette recherche est validée par démographie et argumentation du pb.

c)épidémiologie pragmatique

-         Recherche des facteurs de risques (chaleur, vétuste …)

d)      épidémiologie de différents types

   Ä Intervention et évaluation

-         Evaluation épidémiologique des actions de prévention engagées pour telle maladie (ex : vaccination, éducation, essai thérapeutique,dépistage…)

e)Rapports entre épidémiologie et statistique

   - L’épidémiologie s’appuie sur les statistiques pour donner ces chiffres. On ne peur pas définir l’une sans l’autre.

   

III/ Les différents types d’enquêtes :

-         Enquête épidémiologique : c’est le protocole qui cherche à répondre à une action précise. Selon le domaine étudié et des informations recueillies pour analyser.

-         Enquête exhaustives : ce sont des informations complètes (indicateur : certificat de décès : Institut nationale scientifique et de la recherche médicale). La PMI va donner des infos importantes sur l’état de santé des enfants.

-         Enquête par sondage : concerne une fraction de la population qui soit représentatif (touche tout les genres âges et sexes). Ce n’est pas fiables, ni objectives.

-         Enquête descriptive limitée dans le temps : prend en instantanée une population donnée sur un temps donnée. Permet de réaliser des enquêtes de prévalence.

-         Enquête analytique :

Ä     Enquête transversale : sur une journée avec toute la population. Pas de distinguo (maladies, signes…)

Ä     Enquête de cohorte : sur un groupe d’individu qui ont vécu des évènements communs

Ä     Enquête avec des cas témoins (enquête rétrospective…)

Conclusion :

-         Protocole d’enquête épidémiologique :

      Ä Objectif de l’étude : voir quelle est la place de cet objectif dans la recherche et les retombées scientifiques pour la population.

      Ä Le type de l’étude : cible choisie

      Ä Mode de sélection des unités d’étude

      Ä Enquête prospective (pour étude analytique) préciser les critères de définition de cohorte

      Ä Entretien au questionnaire

IV/ Les séries statistiques

-         Il faut : û une population (ex : 18 – 25 ans)

                   û Des individus (membre population) peur extraire un échantillon

                   û Le caractère (cheveux, yeux…)

                   û Variable discrète : prend en considération des valeurs isolées (valeur : mesure du caractère). Toute les valeurs d’un ensemble : variable continue

                   û Effectif (x indice…) soit effectif total ou effectif annulé

La loi de Santé Publique

I/ Loi n°2004-806 du 09/08/2004 : loi de santé publique

-         Les différents événements sanitaires des dernières années et l’épidémiologie montrée des failles en matière de prévention (augmentation du SIDA, tuberculose, faible couverture vaccinale…) Aussi les disparités en espérance de vie (ex : différence entre les midi Pyrénées et le Nord Pas de Calais qui ont 4 à 6 années d’écart d’espérance de vie).La mortalité prématurée des ouvriers : 3fois plus que les cadres et libéraux.

-         L’enveloppe budgétaire très faible en matière de prévention est aussi une des raisons de la création de cette loi.

-         Les politiques après avoir réfléchi se rendent compte qu’il y a beaucoup trop d’intervenant (sécu, commune…) en santé publique. Cette loi permet de cadrer tous ces intervenants.

-         La formation en santé publique est mal connue.

-         Les nombreux départs en retraite des médecins et qui ne sont pas remplacés. C’est aussi une discipline qui est peu connue des médecins.

-         Depuis 2002, il y a une réflexion autour des soucis de santé publique. Une des priorités a été de clarifier la responsabilité de l’Etat en matière de santé publique.

-         Les objectifs de l’Etat en Santé Publique :

A.     Objectif de cette loi

F Surveillance et observation de l’été de santé de la population

F Lutte contre les épidémies

F Prévention des maladies, traumatismes et incapacités

F Amélioration de la qualité de vie des personnes malades, handicapées, et dépendante.

F L’information et l’éducation à la santé de la population

F L’information et la diminution des risques en matière de santé par le développement de l’accès au service et le diagnostic sur l’ensemble du  territoire

F La qualité et la sécurité des soins et des problèmes de santé

F Meilleure organisation du système de santé et sa capacité à répondre aux besoins des préventions et de prise en charge des maladies et handicaps.

F La démographie des professions de santé.

B.     Orientation de cette loi

o       La région va être dans la mise en œuvre des objectifs de la loi de Santé Publique

C. Les plans nationaux à atteindre pour 2008

1) Plan national de lutte contre le cancer (2003 – 2007)

- A l’initiative de Chirac qui considère que c’est un drame national. Ce plan comprend 6 chapitres et 70 mesures. Les 6 mesures :

F Prévenir             F Dépister       F Soigner            F accompagner          F Enseigner

F Comprendre et découvrir

-         Création de pôles régionaux de suivi et de lutte contre le cancer

-         Renforcement au niveau des conditions de l’annonce de cancer. Définie en terme de lieu, de déroulement, il doit y avoir eu concertation de l’équipe, membre de la famille si souhaité, explication claire au patient et information accessible au patient.

-         Développement des soins à domicile, avec formation des IDE pour pouvoir dispenser des chimiothérapies au patient

-         Partenariat plus important entre la structure, le service, et les soins à domicile.

-         Accès beaucoup plus rapide aux IRM, scanner…

-         Enveloppe budgétaire conséquente pour la recherche en matière de soins et de traitement

2) Plan de santé environnement

            - Impact de l’environnement au niveau professionnel et industriel

      3 grands objectifs

      F Garantir un air et boire une eau de bonne qualité

      F Prévenir les pathologies d’origine environnementales

      F Mieux informer le public et protéger la population sensible en particulier enfants et femmes enceintes.

      F Améliorer la prévention du saturnisme

      F Améliorer la prévention de la légionellose

3) Plan de lutte pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques :

4) Plan de lutte contre les maladies rares :

- Doit permettre de mieux connaître l’épidémiologie des maladies rares

- Former les professionnels à la prise en charge de ces maladies

5) Plan national de lutte contre la violence et les conduites addictives

Cidalia & Lydie


Posté par Youpiyo à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]